Le marin maudit

Paroles: Dominique Maes
Musique: Pierre Larivière

De paquebots pourris
En jonques tonkinoises
Sur des rafiots maudits
De naufrage en naufrage
J’ai bourlingué partout
Brûlant tout mon tabac
Ma vie par les deux bouts
Vendant mon âme aux rats

Mais ce n’est qu’dans ton lit
Que j’ai vraiment tangué
J’suis ton marin maudit
Qui revient s’échouer

Les tripots d’Bornéo
Le vieux blues du Bayou
Les tam-tams du Congo
Les joints de Katmandou
Le rhum de Martinique
Les trésors du Pérou
Le fric de l’Amérique
J’ai connu presque tout

Mais les plus belles tempêtes
C’est dans tes bras, beauté
Quand tu perdais la tête
Que j’les ai traversées

C’est fini d’pourchasser
Tous ces vaisseaux fantômes
J’veux enfin débarquer
Auprès de toi, ma môme
Car t’es le seul trésor
Qui vaille vraiment la peine
Et sur ton joli corps
J’appareille, Sirène !

Les tripots d’Bornéo
Le vieux blues……

Cinquante sous

Traditionnel cajun

Moi et ma belle, on était au bal
C’était un samedi soir (bis)

J’lui ai d’mandé, si elle avait pas faim
Pour manger qu’é q’chose (bis)

Elle a répondu, qu’elle avait pas beaucoup faim
Mais qu’elle aurait mangé quand même (bis)

Moi je croyais, elle aurait ordonné
Un p’tit lunch de 15 sous (bis)

Elle a ordonné un volaille, un rôti,
Un demi-douzaine de s’huîtres (bis)

Moi j’ai mis mes cinquante sous
Dessus le comptoir (bis)

On m’a donné un coup de pied
On m’a jeté dans la rue (bis)

Prenez un conseil à moi tous les jeunes tibeaux
N’allez jamais dans un restaurant
Avec cinquante sous dans la poche

La pluie au mois d'août

Paroles et musique: Pierre Larivière

Assis dans l'abri-bus
J'écoute tomber la pluie
Les gouttes font des sauts d'puce
Et joue cette mélodie
L'goudron s'met à fumer
Comme le Stromboli
Je me met à rêver
Et j'attends l'embellie
C'est beau la pluie au mois d'août
Quand on est à l'abri

À cet instant précis
Un escargot se dit
Cette pluie c'est une aubaine
Pour aller voir Germaine
Aussitôt il s'engage
Sur la route incertaine
Quand un cycliste fou
L'envoie au paradis
C'est beau la pluie au mois d'août
Quand on est à l'abri

Assis dans le caniveau
Un crapaud rabougri
S'élance à toute allure
Pour gober l'escargot
Quand une automobile
Débouche d'on ne sait où
Et transforme le missile
En une descente de lit
C'est beau la pluie au mois d'août
Quand on est à l'abri

Pendue à son parapluie
Une vielle dame étourdie
Traverse la chaussée
Sans prendre garde au tapis
Elle glisse sur le fossile
Et manque de s'étaler
Quand soudain le soleil
Nous fait un arc en ciel
C'est beau la pluie au mois d'août
Quand on est à l'abri
Youpie

Assis dans l'abri-bus
J'écoute tomber la pluie
Les gouttes font des sauts d'puce
Et joue cette mélodie
La morale de cette histoire
Est facile à savoir
Quand il se met à pleuvoir
Vaut mieux s'mettre à l'abri
Attendre une éclaircie
En écoutant la pluie

Madame Henriette

Paroles: Pierre Larivière
Musique: the Stoempers

Madame Henriette
Travaille dans un sous-sol
Qui a des relents d'alcool
D'urine et de pétrole
Elle est madame pipi
Au café d'la gare
Elle mange pas de homard
Encore moins de caviar

Mais tous les samedi soir
Elle chante au Lucky Bar

Assise devant son assiette
Remplie de piécettes
Sous les néons blafards
Qui lui donne le cafard
Elle tricote une layette
Pour le p'tit d'sa cadette
Qui prendra bientôt sa place
Quand elle s'ra à la retraite

Mais tous les samedi soir
Elle chante au Lucky Bar

Elle aimerait changer d'air
Et aller voir la mer
Tremper ses pieds dans l'eau
Marcher sur le sable chaud
Elle rêve d'être une star
De briller sous les lampions
De chanter dans tous les bars
De New-York à Chicago

Mais tous les samedi soir
Elle chante au Lucky Bar

Tango Blues

Paroles: Dominique Maes
Musique: Pierre Larivière

Dehors il fera bientôt jour
Mais je veux rester dans le noir
De tes beaux grands yeux de velours
Qui pour moi pleurent leur histoire
Glissons encore sur cette piste
Que ton corps chaud soit le navire
Où chavire mon âme triste
En proie à tous ses souvenirs

Tango blues
Bientôt nous serons les derniers
Tango blues
A vouloir encore nous aimer

Il a suffi que ton regard
Croise le mien discrètement
Pour que s'abolisse le hasard
Et que nous fassions semblant
De croire que le cabeceo
N'est rien d'autre qu'un jeu d'enfant
Que mes mains glissant sur ton dos
Ne veulent rien de plus tentant

Tango blues
Bientôt nous serons les derniers
Tango blues
A vouloir encore nous aimer

Tout deux naufragés de la vie
Nous sommes venus nous échouer
Dans cette milonga endormie
Où nul ne voulait plus danser
Mais nous sommes deux étrangers
Que la vie soudain réunit
Nous serons bientôt séparés
Le jour va tuer notre nuit

Tango blues
Bientôt nous serons les derniers
Tango blues
A vouloir encore nous aimer

Wallonie Jungle

Paroles: Dominique Maes
Musique: the Stoempers

Je n'ai jamais admiré Tarzan
Ni son singe ni ses éléphants
Etrangler un pauvre crocodile
Me paraît un jeu imbécile
Moi j'préfère sa jolie compagne
A croquer dans son petit pagne
Faudrait qu'elle quitte l'homme singe
Pour vivre dans ma petit' province

O Jane
Fuis donc la savane
Viens en Wallonie
Sois ma douce amie

Quand t'auras quitté ce crétin
Tu verras qu'ici on vit bien
Pas d'serpent, aucun cannibale
Un vieux coq pour seul animal.
Il aimerait bien bouffer du lion
Mais tremble un peu pour son croupion
Quand les poulettes auront des dents
Il se prendra pour Tarzan !

O Jane
Pour toi je me pâme
Viens en Wallonie
Sois ma tendre amie.

J'aime Maureen O'Sullivan
La plus belle de toutes les Jane
Dans le fond de mon potager
Je voudrais bien l'embrasser

Bobonne Blues

Paroles et musique: Pierre Larivière

Ma grand-mère vendait des boutons
Des dentelles et des bretelles
Des porte-jarretelles couleur saumon
Et des corsets pour les belles
Elle chantait du Tino Rossi
Carlos Gardel , Luis Mariano
De temps en temps les Rolling Stones
Ma bobonne aime le Blues

Bobonne, bobonne blues
J’ t’aime bien comme ça
Et tous tes falbalas
Bobonne, bobonne blues
J’ t’aime bien comme ça
Et tous tes tralalas

Elle allait faire des mises en plis
Chez Ernest coiffeur pour dame
On aurait dit Matahari
Avec ces cheveux bleu gentiane
On jouait aux cartes tous les soirs
Aux puces ou bien à pigeon vole
elle trichait pour ne pas gagner
Ma bobonne aime le blues

Bobonne,….

Un drôle de filet sur sa tête
Au pied une paire de charentaise
L’aurait pas gagné le premier prix
Dans un concours de top modèle
Mais quand je montais sur ses genoux
Pour regarder la télé
C’était pour moi le paradis
Ma Bobonne aime le Blues

Bobonne….

Rumba Nylon

Paroles: Dominique Maes
Musique: the Stoempers

Les jambes gainées de bas résilles
Tu danses tous les soirs sous mon nez
Passent dans ma tête des tas d'envies
Mais j'dois continuer à chanter
Boubou, tes bas me rendent gaga
J'voudrais m'jeter à tes genoux
Pour regarder si tes beaux bas
Sont bien tendus et puis jusqu'où

Les pieds chaussés d'talons aiguilles
Tu swingues sur la piste de danse
Tous les gars ont l'œil qui pétille
Mais tu joues les indifférentes
Tu n'es là que pour la rumba
Sur tes gambettes, tu es la reine
Et je défonce mes congas
Puisque tu te fous de ma peine

J'voudrais qu'on se tire loin d'ici
On pourrait prendre du bon temps
Moi j'en ai marre de ce bouiboui
C'est plus joli chez ma maman
Chez moi, on danse sur la plage
En se passant de pantalons
Et pour mieux glisser sur le sable
Tu enlev'rais tes bas nylon

Tonton Camionnette

Paroles: Dominique Maes
Musique: Pierre Larivière

Dans sa petite camionnette
Tonton embarquait des nénettes
C'était un vrai Casanova
Qui collectionnait les nanas.
Il leur faisait le coup d'la panne
Perdu dans un chemin de campagne
Pas une ne pouvait résister
A ses jolies moustaches frisées.

Tonton cocufiait ma Tata
Mais Tata qu'était pas gaga
Décida de quitter Tonton
Pour se venger de ce fripon.

Elle acheta une grosse moto
Un blouson en peau de chameau
Un casque et des lunettes noires
Passa ses nuits de bar en bar.
Elle draguait des petits minets,
Des jules, des mecs même un curé.
Elle écouta du rock n 'roll
Et abandonna ses casseroles.

Tata se foutait de Tonton
Tonton se brossait le bidon
C'était tintin pour les p'tits plats
Tonton regretta ma Tata.

Mais non contente de l'affamer
Elle s'mit en tête de saboter
La belle petite camionnette
Qui transportait toutes ses conquêtes.
Elle scia la direction
Dévissa deux ou trois boulons
Boucha le pot d'échappement
Rongea le frein avec ses dents.

Tata avait pété un plomb
Elle voulait trucider Tonton
Tonton qui ne se doutait pas
Combien tapée était Tata.

Tout finit à un croisement
Tata fonçait à plus de cent.
Tonton tenta bien de freiner
Mais il traversa le plancher.
Ecrabouillée fut ma Tata.
La camionnette explosa.
Ils furent tous deux catapultés
En pt'its morceaux dans le fossé.

Tata monta au paradis
Bientôt suivie par son mari.
Ils doivent encore s'y chamailler
Parmi les petits anges dorés.

Envoi:
Tonton aimait beaucoup Tata
Tata adorait mon Tonton
Ils se s'raient encore mieux aimés
S'ils s'étaient promenés à pied.

La groupie ou "Dolores"

Paroles: Luc Delfosse
Musique: Pierre Larivière

Le nombril de Dolores
Brille comme le phare de Brest
Aïe aïe aïe mi corazon
Cache ce bijou, j’entre en fusion

C’était une nuit d’ivresse
Champ’, rhum et tequila
Dolores s’approch’ de moi
Hombre ! ce ventre, ces fesses !

Me dit d’une voix suave
J’adooor le blues, man
John Lee is still alive
Hombre! V’la qu’elle se pâme

Le nombril …………

Chéri t’es beau tu m’plais
Tu joues l’blues comme un dieu
Tes poumons, un vrai soufflet
Hombre ! è m’tire au pieu

Quand Dolores s’endort
Morte bourrée dans l’divan
Sa bouche clapote si fort
Hombre ! une vieille sans dent

Le nombril ………….

A c’t heure moi les groupies
Gueules d’amour et culs d’airain
Nombrils, rubis, faux cils,
Hombre ! je passe la main

Le nombril ………

Le train pourri

Paroles et musique: Pierre Larivière

Les vaches ne r’gardent plus passer les trains
3 TGV, elles battent le beurre et r’gardent ailleurs

J’voudrais descendre tout de suite j’ai peur
Fallait pas monter dans c’train pourri mon p’tit

Le train fonce à travers les nuages
Il fonce dans ma vie comme un orage
Il vient de très loin quand j’étais p’tit
Et fait défiler ma vie au ralenti

J’voudrais……….

Il roule sans r’garder derrière c’est bien ainsi
Et s’rapproche à toute allure du bout de la ligne
J’avancerai toujours sans m’retourner
Et j’espère que j’arriv’rai au bout entier

J’voudrais………..

Le train doucement ralentit dans un virage
Je vois les vaches qui rigolent à mon passage

J’suis pas dans un express maudit
J’ vais pouvoir me reposer ici

Il roule dans la nuit et je m’endors
Ballotté par les chaos du train du nord

Je vais rester dans c’train pourri
Peut être qu’il ira plus loin et moi aussi

Les vaches ne r’gardent plus passer les trains
3 TGV elles battent le beurre et r’gardent ailleurs